Élaborer un bon projet de recherche : comment y arriver ?

0
224

L’élaboration d’un bon projet de recherche est pour la plupart, surtout au niveau des étudiants de licence, un exercice difficile. Comment s’y prendre alors ? Dans cet article, nous vous donnons quelques étapes et conseils à suivre pour emporter la conviction de votre directeur de mémoire ou de thèse.

Un projet de recherche, qu’est-ce que c’est ?

Pour mieux expliquer ce qu’on peut entendre par « projet de recherche », il nous paraît crucial de définir les deux mots importants de l’expression : « projet » et « recherche ».

Par projet, on peut entendre ce que l’on a l’intention de faire, ce que l’on veut atteindre. Mieux, « projet » peut signifier le premier état d’un travail, d’un texte, l’esquisse ou une étude préparatoire. C’est ce second sens qu’il convient de retenir dans le cadre présent.

Quant à la recherche, elle désigne un effort de l’esprit pour trouver une connaissance ou un ensemble de travaux qui ont pour objet la découverte de connaissances.

En somme, un projet de recherche peut être appréhendé comme une étude préparatoire, une esquisse menée avec pour objectif la découverte de connaissances.

Deux points importants ressortent de cette définition :

  • La recherche ;
  • La méthode.

Si nous venons dans un cadre académique, on retiendra que le projet de recherche consiste en une brève présentation de ce que vous comptez faire avec votre recherche et, comment vous procédez. C’est une étape préalable à la rédaction des mémoires et thèses. Autrement, le projet de recherche doit être validé d’abord par le directeur de mémoire ou de thèse avant toute recherche approfondie et toute rédaction.

Si ce préalable est fait, vous pouvez alors vous demander comment préparer la rédaction de votre mémoire.

Pourquoi écrire un projet de recherche ?

Plusieurs raisons peuvent commander la rédaction d’un projet de recherche. C’est un exercice auquel est soumis tout chercheur ou étudiant soit :

  • à l’occasion de l’obtention d’un diplôme universitaire comme la licence, le master ou le doctorat suivant le système LMD ;
  • pour obtenir une bourse ;
  • pour obtenir un prix (prix de thèse par exemple) ;
  • pour obtenir un financement dans un domaine donné ;
  • Etc.

Peu importe les objectifs poursuivis, le projet de recherche obéit quasiment aux mêmes règles. La différence, c’est soit le format imposé pour la recherche (la police, le nombre de pages, etc.), le domaine de recherche (droit, agronomie, philosophie, etc.), le lectorat visé par le projet de recherche (les universitaires ou non).  

Comment s’y prendre alors pour élaborer un plan de recherche ? Il n’y a pas de solutions magiques. Pour vous prêter main-forte, nous allons donc évoquer successivement quelques étapes cruciales à suivre. Au premier abord, la structure du projet de recherche.

Comment se présente un projet de recherche ?

Répondre à cette question revient à évoquer la structure du projet de recherche. Ici, il est question de la disposition de chaque partie du projet de recherche. Il faut dire dans ce cas que la structure n’est pas fixe. Il s’agira donc de donner un exemple. Vous pouvez toutefois procéder autrement si certaines conditions sont réunies.

   I. Informations générales

Le sujet (ce dont vous voulez parler)

Le contexte du sujet ou son cadre théorique (qu’est-ce que vous avez pu observer ou écouter et qui vous amène à choisir un tel sujet ?)

La pertinence du sujet sur le plan académique (toute recherche n’a pas pour objectif d’apporter un de plus à la science. Il faut donc révéler ce que peut apporter la recherche à cette science.)

   II. Informations détaillées

Ici, il s’agit d’expliciter un peu plus les informations générales ci-dessus mentionnées. Pour ce faire, vous devez dégager :

La problématique du sujet (quel est le problème auquel vous voulez apporter des réponses ?)

Les objectifs poursuivis (en faisant la recherche, vous voulez par exemple contribuer à une définition intentionnelle du contrat par exemple. C’est ce but qu’il faudra faire sortir)

Les questions et sous-questions du sujet (la problématique, par essence, s’énonce de façon générale. Il s’agit ici donc de morceler la problématique en quelques questions et sous-questions auxquelles vous donnerez des réponses dans votre travail).

   III. Plan de recherche et aperçu

La méthodologie à suivre (les différentes étapes à suivre pour le travail de recherche)

La structure du travail à rendre (elle est subdivisée en parties, titres, chapitres, sections du travail. Cette partie permet d’avoir une idée sur le contenu de votre travail juste avec quelques coups d’œil).

Le calendrier de travail

   IV. Sources ou références

Cette partie permet de vérifier l’authenticité ou l’origine des informations recueillies. Ces sources peuvent être des références bibliographiques, des sources webographiques ou même des ressources humaines (très prisées dans les sciences historiques).

Pour une bonne compréhension, il nous importe d’évoquer donc chaque partie du projet de recherche en donnant si possible quelques exemples.

Les informations générales

Comme montrée ci-dessus, cette partie est subdivisée en 3 autres parties que sont le sujet, le cadre théorique du sujet et enfin sa pertinence académique.

L’énoncé du sujet

Toute recherche porte sur un sujet. Et logiquement, le sujet doit être énoncé dans le projet de recherche. Il ne s’agit nullement de le mettre en titre du document et de s’arrêter là. Si cela est indispensable, il reste que dans le corps, on doit retrouver encore le sujet. Il faut éviter de l’annoncer de façon brute, en disant par exemple « ma réflexion porte sur [titre provisoire de la recherche]. » ou « mon sujet s’intitule [titre provisoire de la recherche] ».

Pour cela, il vous faut une entrée en matière. C’est une phrase ou un ensemble de phrases avec pour but d’accrocher le lecteur et cette accroche doit vous ramener à votre sujet. On peut par exemple commencer par une citation, un fait d’actualité, une opinion doctrinale, etc. pour attirer le lecteur.

Le contexte et la pertinence académique du sujet

Le choix du sujet dépend d’un ensemble de constat, de circonstances qu’il faudra relever ici. Pour un sujet qui porte par exemple sur une question qui se pose fréquemment, il importe dans ce cas de faire ressortir l’état de la question. Vous pouvez vous poser par exemple les questions suivantes pour déterminer le contexte : qu’est-ce qui s’est passé ? Où en sommes-nous avec telle question ? La réponse à ces questions vous permettra de faire ressortir ce qui a été déjà fait et ce qui jusque-là reste non résolu dans votre sujet.

Enfin, il faut faire ressortir l’apport de votre sujet à la recherche scientifique. Est-ce qu’avec votre recherche, on peut trouver solution à une telle question ? Ou permettra-t-elle à éclairer tel débat doctrinal ?

Quid des informations détaillées ?

Ici, nous aborderons la problématique du sujet de recherche et les objectifs poursuivis.

La définition du problème

Deux étapes fondamentales sont à observer dans ce cas. Il s’agit de l’identification du problème et ensuite de son énoncé. Vous devez disséquer, « dépecer » votre problème en de petites questions. Cette étape est importante pour savoir comment délimiter votre sujet, ce qu’il faudra retenir et ce qu’il faudra passer outre. Ce n’est qu’après cette opération intellectuelle que vous allez énoncer en termes généraux, la question qui doit être résolue à l’aide de votre recherche.

En résumé, on retient que la problématique est libellée en une question. Mais il est admis également d’aborder le sujet d’une manière affirmative et non en une question. Mais cette opération suppose que vous avez posé de petites questions au préalable.

Illustration :

Problématique : Les principes généraux de droit pénal qui garantissent les droits humains.

Pour résoudre ce problème, une série de questions doivent être posées. Ainsi, on peut se demander :

  • Qu’est-ce qu’un principe général de droit ?
  • Qu’est-ce que le droit pénal ? La réponse à cette question vous permettra par exemple de tenir compte du sens strict du droit pénal ou de son sens large intégrant la procédure pénale, la criminologie, etc.
  • Quelles sont les catégories de droits humains ?
  • Etc.

Les objectifs poursuivis

Il s’agit de répondre aux questions qui suivent : pourquoi je fais cette recherche ? Qu’est-ce que je veux prouver ? Qu’est-ce que je veux montrer ? Quelles sont les vérités que je veux découvrir ou révéler ? Ne prenez pas le risque de prétendre résoudre un problème donné. Mais, par exemple, l’objectif peut être de faire comprendre un problème.

Le plan de recherche

Dans cette partie, il vous revient de montrer la manière dont vous voulez aborder le sujet de recherche. L’objectif est de permettre à votre directeur de mémoire ou de thèse de savoir comment la recherche sera abordée, d’apprécier le délai imparti c’est-à-dire de voir si la recherche est réalisable dans un tel délai et enfin de voir si la méthode suivie permet de répondre au problème posé.

Comme méthodes de recherche, on peut avoir les recherches documentaires, la collecte et l’analyse des données, les entrevues avec certaines personnes ressources, etc. Cette étape vous permet également d’aborder le calendrier élaboré pour le projet de recherche.

Exemple :

Entrevues avec les pasteurs des églises – 10 au 17 mai 2020

Recherches documentaires – 1er avril au 3 mai 2020

Après cette étape, il faut aborder la structure ou le plan de votre travail. Vous allez indiquer alors en combien de parties vous comptez résoudre le problème, quels sont les titres et chapitres à aborder. Bref, en lisant votre plan, on doit se faire une idée très nette du fruit de vos recherches.

Exemple :

Outre l’introduction et la conclusion, notre sujet sera abordé en 2 parties, elles-mêmes subdivisées en 2 chapitres. (À chaque fois, l’intitulé de la partie et du titre est énoncé).

Enfin les sources

Pour la rédaction de vos mémoires ou thèses, vous menez des recherches. Autrement dit, vous avez découvert les données utilisées dans un livre donné, sur un site, etc. Il s’agit donc d’indiquer l’origine des données, des informations utilisées. La non-révélation de vos sources est constitutive d’infraction : le plagiat. Il importe de toujours conserver alors ses sources lors des recherches. À noter que l’énoncé de ces références obéit à un ensemble de règles à respecter impérativement.

Et voilà votre projet de recherche enfin prêt à être soumis pour approbation de votre directeur de mémoire ou de thèse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here