Devenir chauffeur VTC : Formations et conseils à suivre

0
1085

Le chauffeur VTC désigne un professionnel du transport, qui a pour mission de conduire des clients particuliers d’un point A à un point B. Mais contrairement à un chauffeur de taxi, il travaille uniquement sur réservation. De plus, le métier offre de multiples opportunités et avantages. Si vous aimez la conduite et les voyages, n’hésitez donc pas à embrasser cette carrière. Vous pourrez bien décider d’évoluer en tant que salarié ou indépendant.

Toutefois, peu importe le statut juridique que vous choisirez, vous devez obligatoirement respecter des étapes et suivre une formation. Mais ne vous inquiétez pas : vous trouverez ici toutes les informations sur le métier et quelques conseils pratiques pour devenir un chauffeur VTC.

Sommaire

Quelles formations suivre pour devenir chauffeur VTC ?


Avant de devenir chauffeur VTC (Voiture de transport avec chauffeur), vous devez absolument passer un examen. Pour réussir l’examen, il est conseillé de suivre une formation VTC. Cette démarche n’est pas obligatoire, mais reste fortement recommandée. Découvrez donc ci-dessous plus de détails sur ces enseignements et sur l’examen à valider.

La formation VTC

Comme mentionné précédemment, la formation VTC demeure facultative. Cependant, si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté et réussir l’examen, nous vous la recommandons vivement. Le contenu de cette formation vise à vous préparer aux épreuves théoriques et pratiques de l’examen. En fonction du centre spécialisé choisi, la formation dure entre 50 et 300 heures.

Pour ce qui concerne le coût, retenez que le prix d’une formation de chauffeur VTC varie selon l’établissement. Il se situe souvent entre 400 € et 1500 €, ce qui reste à la portée de toutes les bourses. Par ailleurs, pour financer la formation, vous pouvez bénéficier des aides en demandant conseil auprès de Pôle Emploi. Et pour connaître les centres de formation agréés dans le domaine, vous pouvez consulter le site de la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) de votre département.

Examen pour devenir chauffeur VTC

L’examen pour exercer la profession de chauffeur VTC se compose de deux épreuves à savoir : une épreuve théorique et une épreuve pratique. L’épreuve théorique a pour but de tester vos connaissances sur les sujets ci-après :

  • Gestion d’entreprise et comptabilité ;
  • Négociation et fidélisation commerciale ;
  • Réglementation sur le métier ou l’activité de VTC ;
  • Règles de sécurité routière ;
  • Maîtrise du français et de l’anglais.

En ce qui concerne l’épreuve pratique, elle vous met en situation en vous donnant la possibilité d’effectuer un parcours de 20 minutes de conduite, en tant que chauffeur VTC. Ce parcours doit être préparé, sécurisé et réalisé par vos soins. Vous devez donc anticiper les difficultés pouvant être rencontrées telles que les travaux sur la voie, l’état de la circulation, etc.

Lors de cette épreuve, l’examinateur vérifie également vos connaissances sur le trajet parcouru, surtout en matière de géographie, de culture et de tourisme. Il évaluera aussi votre capacité à accueillir un client. Si vous réussissez l’examen, vous obtiendrez une attestation délivrée par la CMA de votre région. À noter que vous devez vous inscrire sur le site de votre CMA avant de passer l’examen. Cette inscription coûte 200 € environ.

Conseils à suivre pour devenir chauffeur VTC


Souhaitez-vous accéder à la profession de chauffeur VTC ? Si vous suivez toutes les étapes, vous ne rencontrerez aucune difficulté insurmontable. Retrouvez déjà ici quelques conseils qui vous aideront à pratiquer ce métier en toute sérénité.

Choisir son statut

Lorsque vous réussissez l’examen VTC, vous devez décider du statut juridique de votre future entreprise. À cet effet, vous avez le choix entre deux statuts :

  • Entreprise individuelle : avec ce statut, vous pouvez opter pour le statut de micro-entrepreneur ;
  • Société : ce statut vous donne la possibilité de vous orienter vers l’EURL, la SARL ou encore la SASU.

Chacun de ces statuts renferme des avantages et des inconvénients. Le statut de micro-entrepreneur permet par exemple de payer très peu voire pas du tout de cotisations sociales. De plus, les démarches administratives s’avèrent plus courtes et rapides lorsqu’on décide de créer une microentreprise. Toutefois, avec ce statut, vous ne pouvez pas dépasser des seuils légaux en termes de chiffre d’affaires annuel.

Quant au statut de société, il vous permet entre autres de déduire vos frais professionnels de vos impôts et de bénéficier d’une protection sociale optimale. Cependant, vos démarches administratives sous forme de société s’avèrent plus longues. Il convient donc de comparer le fonctionnement, les avantages et les inconvénients des deux statuts avant d’effectuer votre choix. À noter que, quel que soit le statut que vous choisissez, vous devez immatriculer votre organisation au répertoire national des entreprises (RNE) dans le secteur des métiers de l’artisanat. En effet, un chauffeur VTC relève du domaine artisanal.

Obtenir sa carte professionnelle

La demande de carte professionnelle de chauffeur VTC s’effectue une fois que vous recevez votre attestation de réussite à l’examen. Pour cela, vous devez vous rapprocher de la préfecture de votre département. En général, l’obtention de ce document est conditionnée à la présentation des pièces suivantes :

  • Justificatif de domicile ;
  • Pièce d’identité ou passeport ;
  • Permis de conduire en cours de validité et vieux de plus de 3 ans ;
  • Attestation d’aptitude physique au transport public de personnes (avis médical positif) ;
  • Attestation de réussite à l’examen VTC ;
  • 2 photos récentes.

Notez que la carte en question reste indispensable pour exercer le métier de chauffeur VTC. C’est elle qui vous donne l’autorisation de transporter des passagers. Vous devez d’ailleurs la placer en évidence sur le pare-brise de votre voiture afin qu’elle soit visible de l’extérieur. Sachez également que cette carte reste valable pendant 5 ans. Après ce délai, vous devez la renouveler.

D’un autre côté, vous devez vous inscrire sur le service en ligne de contrôle des cartes VTC, dénommé « Portail d’authentification Cerbère ». Ce service aide les clients à vérifier la validité de votre carte. Il faut noter aussi que la carte professionnelle VTC reste payante. Elle coûte 60 € environ.

S’inscrire sur le registre des VTC

L’inscription sur ce registre demeure également obligatoire pour exercer le métier de chauffeur VTC. Elle s’effectue en ligne et doit être renouvelée tous les 5 ans. Cela vous permet de disposer d’un compte personnel où vous pouvez enregistrer tous les événements concernant votre activité. Cette inscription coûte 170 €. Pour votre première inscription au registre des VTC, vous devez fournir les pièces suivantes :

  • Justificatif d’immatriculation de votre entreprise ;
  • Attestation d’assurance civile professionnelle ;
  • Copie de votre carte grise et de votre carte professionnelle VTC ;
  • Justificatif de la garantie financière de 1 500 € pour chaque voiture utilisée de manière régulière.

Concernant cette garantie, sachez que vous n’êtes pas tenu de la fournir si le véhicule vous appartient ou si vous le louez. Dans ce cas, vous devez présenter tout document prouvant la propriété ou la location. N’oubliez pas aussi de préparer votre véhicule. Pour ce faire, ce dernier doit respecter les caractéristiques ci-après :

  • Nombre de places (chauffeur compris) : 4 à 9 ;
  • Ancienneté de la voiture : 7 ans maximum (sauf si c’est un véhicule de collection) ;
  • Nombre de portes : 4 ;
  • Dimensions : 4,50 m x 1,70 m minimales ;
  • Puissance du moteur (nette) : supérieure ou égale à 84 kW.

Retenez que les véhicules hybrides et électriques ne sont pas concernés par ces limitations.

Autres conseils pour exercer la profession de chauffeur VTC

Outre l’application des conseils développés ci-dessus, vous devez aussi respecter certaines obligations au quotidien en tant que chauffeur VTC. Voici quelques exemples :

  • Disposer d’une responsabilité civile professionnelle ;
  • Afficher une signalétique VTC (Voiture de transport avec chauffeur) sur votre véhicule ;
  • Prendre uniquement des clients qui ont effectué une réservation à l’avance ;
  • Prouver chaque réservation en cas de contrôle ;
  • Éviter de stationner ou de marauder sur la voie publique ;
  • Effectuer le contrôle technique de la voiture tous les ans.

En suivant tous ces conseils et en respectant ces obligations, vous pouvez vous assurer d’exercer la profession de chauffeur VTC de façon légale. Ceci vous permettra d’éviter les sanctions encourues par les personnes qui pratiquent cette activité de manière illégale.

Chauffeur VTC : Quel est le tarif des courses ?

En tant que chauffeur VTC, vous serez payé à la course. Le tarif de cette dernière peut se déterminer de deux manières : calculé dès la réservation ou calculé après la course selon le temps de trajet et la distance parcourue. Contrairement aux taxis, les prix ici restent libres et ne sont pas réglementés. Pour le ticket de réservation, retenez qu’il doit comporter des informations comme :

  • Le nom ou la dénomination sociale, ainsi que les coordonnées de votre entreprise ;
  • Le nom et les coordonnées téléphoniques du client ;
  • La date et l’heure de la réservation ;
  • La date, l’heure et le lieu de la prise en charge du passager.

En résumé, pour devenir chauffeur VTC, vous devez réussir l’examen VTC, et ce, peu importe le statut que vous choisissez (salarié ou indépendant). Et pour mettre toutes les chances de votre côté afin de passer brillamment cet examen, vous gagnerez beaucoup à suivre une formation spécifique. En outre, pour exercer ce métier en toute quiétude, vous devez surtout choisir votre statut, obtenir votre carte professionnelle et vous enregistrer sur le registre des VTC après avoir reçu votre attestation de réussite à l’examen.